Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de laurentfly

parapentiste Breton, je partage mes vols tout partout

pas trop tôt ! Hein ?... pas trop tard, non plus !

Publié le 10 Novembre 2011 par laurentfly

 

 

   J 'arrive vers 16h15 à la pointe du roselier. Je suis d' abord déçu, ça parait faible et c'est le cas. Mais je reste optimiste au point de porter mon Envy jusqu'au déco. Je pose le barda et regarde où en est la marée. Ca commence à être bien haut. 

J 'attends quelques minutes puis je sens un léger frisson de l' air. La prévision va -t-elle tenir ses promesses ?

    Je déplie, au moins j' aurais fait un peu de gonflage.

Mieux que cela la brise augmente doucement au point que je suis légerement porté. Je tente un vol surtout que la baie commence à être totalement recouverte. Trop pressé, je gratte mais rien à faire et je fini sur lalangue de plage qui reste devant le centre hélio-marin.

Je suis un peu déçu mais surtout je me rends compte que la brise est là sur la plage. Je n'aurais pas décollé un peu trop rapidement ?

   TIME-OUT ! je regarde la balise 16/24 SSE, la marée est presque haute, les feuilles bougent, je suis à la plage, il faut 35/40 min pour remonter au déco->descendre chercher le parapente->il est 16h35->couché du soleil 17h30, je peux redécoller vers 17h10/17h15

POURVU QUE CA TIENNE !!!

    Quand j' arrive au déco, Yann se pointe sans trop savoir si ça vole. Je pense que ç'est tout bon pour lui mais je lui explique bien que s'il décolle il n'y a pas de posé sauf au fond de la baie ou les kékés donc faut gérer.

 

   Je suis dans les délais, en sueur mais dans les délais. Yann a le temps de se faire un petit soaring. Quand je regonfle j' ai d' abord un gros doute. Le vent a faibli à nouveau. Pourquoi me faire ça à moi !!! ça fait 13 jours que je n'ai pas volé (ben, quand même) Mais alors que l' on reste en stationnaire on sent que le vent reviens un peu. J'hésite et du coup Yann prend les devant, décolle et s'en tire plutôt bien. Je le rejoins, dubitatif, mais pourtant on volera "nickel" obliger d' atterrir avant d' être trop dans la pénombre.

 

    C' est vraiment bon de cibler un créneau de vol pas évident, de se sentir comme misà l' épreuve par les éléments et quand, finalement, tout se met à dérouler ...

Comme dit un grand personnage du nouveau monde (amateur de havane): 

"- J' adore un plan qui se déroule sans accros !"   

     (extrait de l' épisode N°356-je crois- de l' agence tout risque)

"-l' agence tout risque! tan, tan,  taann! la dernière chance... au dernier mooooment !"

 

 

 

Commenter cet article