Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de laurentfly

parapentiste Breton, je partage mes vols tout partout

Y' manque 1000m là ! l'arnaque !

Publié le 26 Mai 2016 par laurentfly

Charrette Bretonne à St Marc d'Ouilly

Mardi, Sylvain a réussi à motiver trois "Goélands" pour l'accompagner. Sur la route les discussions vont bon train et chacun fait son plan sur la comète. Sylvain en fin crossman ré-explique les techniques et l'intérêt de voler en groupe, mais surtout l'essentiel : "quand on pose en cross, l'important c'est de finir proche d'une route et d'un bar !". Leçon bien apprise.

 Au fur et à mesure que l'on s'approche du site on déchante. Le ciel se couvre rapidement. Arrivé au déco les ambitions se réduisent, maintenant on espère sauver la journée. Sylvain fait le fusible, pas très encourageant. On hésite même à nous déplacer à la roche à Busnel. Finalement on patiente un peu, il n'est pas midi. Par contre le vent est annoncé se renforçant vers 14h/15h, ça ne s'arrange pas.  

 

Y' manque 1000m là ! l'arnaque !
Y' manque 1000m là ! l'arnaque !
Y' manque 1000m là ! l'arnaque !
Y' manque 1000m là ! l'arnaque !

On a enroulé, à gauche, mais on a enroulé

On joue l'attente, maintenant qu'on est là on va quand même essayer de chopper un créneau d'autant que le ciel se parsème de bleu. Pas encore très flagrant, mais ça pourrait s'ouvrir. 

Sylvain a redécollé. Nous sommes toujours les seuls péquins étalés dans l'herbe les ailes ouvertes. Par contre les locaux commencent à arriver, on ne sera pas seuls. L'air de rien Sylvain commence à tenir. C'est parti ! Je décolle, Antoine et Florent m'emboîte le pas. On n'a pas l'air ridicule et nous commençons à monter. A l'occasion d'un thermique un peu plus consistant on décale au dessus du déco, Florent, Sylvain Antoine et moi. En passant, Antoine se fait plaisir à constater que les seuls pilotes assez furieux pour voler dans ces conditions sont les intrépides Bretons. On sera vite rejoint quand le ciel daignera s'éclairçir un peu. 

Dans le bocal sous le couvercle

Le vent est légèremet travers ENE mais les conditions sont cycliques (pas encore bien installées), sans être trop turbulentes. Elles le deviendront un petit peu plus au bout d'une heure une fois le soleil un peu plus présent. Tout ce temps nous tournons sans pouvoir nous extraire. A l'occasion d'une thermique plus généreux Sylvain nous annonce à la radio : "pour info, le plafond est à 600m !" On est loin des 1600m attendus !  Lors d'un thermique j'insiste un peu trop et je me retrouve piégé dans la dégueulante obligé de revenir à l'accélérateur vers le déco. je me voyais posé mais je réussi à revenir dans la pente.   

Y' manque 1000m là ! l'arnaque !

Plafond bas pour le cross

Cette fois nous ne sommes plus tout seuls, tant mieux, les thermiques sont marqués. On se fait de jolis enroulages mais toujours pas possible de s'extraire. Par contre j'observe le ciel derrière nous et à force de se réchauffer l'horizon s'éclairçie. 

ça fait une heure que je vole sans dépasser 500m/550m, ça commence à faire long. A la 140ème fois (j'en rajoute un peu, peut-être) Sylvain appelle en radio : "Qu'est qu'on fait ? On attends encore un peu ?" Moi je n'en peut plus et je suis à moitié embarqué en arrière du déco. D'ici le ciel me semble jouable je réponds: " Moi, je n'attends plus ! Je pars en cross !" . Je continu jusqu'au plaf'... 600m !  Antoine nous réponds : " Ne vous gené pas pour moi, je reste sur site ! Bon cross ! " . "Allez, j'y vais aussi " répond Sylvain, pas convaincu. 

Avec un plafond si bas les chances de raccrocher sont minces. Quand j'aborde Condé/Noireau je peine à me maintenir à 500m et je ne sais pas trop comment passer l"agglomration sans me faire un point bas fatal. C'est à ce moment que je vois Sylvain me passer 100m au dessus sans sourciller. là, j'ai mal ! Je décale un peu au dessus de l'usine où je survis et je raccroche un peu plus loin pour faire mon plaf du jour 650m, sous les indications de Sylvain : "Je suis dans du + 2 m/s !" m'anonce-t-il , avant de disparaître. Quand j'arrive sous son nuage je l'averti : " Ok ! j'arrive sous ton nuage... Si tu vois ce que je veux dire ! "  Il n'est pas trop question d'enrouler ensemble aujourd'hui. 

Invariablement Sylvain prend  de l'avance et j'aperçois déjà un deuxième verrou de ma connaissance, le mont Cerisy qui m' a déjà déposé deux fois. J'hésite à le contourner à gauche ou à droite mais de toute façon j'ai essayé les deux et ça a été le même résultat. Comme Sylvain passe par la gauche et qu'il enroule un truc, j'y go ! 

Encore tanqué à Cerisy

j'ai beau essayer de raccrocher un simili thermique à une hauteur pas résonnable (quand on entend les gens débarraser la table du salon de jardin c'est un peu comme si on vous invitait, non ?) Passé la voie de chemin de fer je cherche une vache correct et j'accepte mon triste sort. Mont Cerisy a encore eu raison de moi

résultat: Du plaisir pour tous

Sylvain réussi à continuer pour faire 34 Km. Moi je tanque à 20 Km, Florent 10 Km et Antoine semble avoir bien apprécié son expérience. Conquit par le thermique de St Marc. 

Sylvain, fidèle à ses recommandations du début de journée, qui a un flair infaillible, a trouvé moyen de posé en rase campagne à St Jean des Bois, commune de 176 habitants et qui possède ...UN BAR !!! Improbable !   

Plus tard, Phiphi le Normand fait un cross de 32 Km avec un plafond à 1100m... On aurai peut-être dû attendre un peu

 

un lieu exceptionnel. Bar, tabac, épicerie, station service ! Vive le maintien du petit commerce de proximité

un lieu exceptionnel. Bar, tabac, épicerie, station service ! Vive le maintien du petit commerce de proximité

Commenter cet article